Yashyizweho kuri 12 January, 2017 | 11:58

Le tourisme à Rwamagana, cet aspect qui peine à se relever

L’Est du Rwanda voit sur son territoire lacs, rivières, un parc national et bien d’autres attractions touristiques. Il est sans doute dans le viseur de l’office rwandais chargé du développement (RDB) comme une région qui contribue dans l’escarcelle d’un pays qui voit le tourisme comme deuxième contributeur à son économie. Mais Rwamagana se sent-il impliqué dans cette vision ne profitant que de ses beautés naturelles?

Au bord du lac Muhazi dudit secteur à l’Est du Rwanda, Martin Pêcheur et ses autres concurrents des airs se disputent les petits poissons de cette reserve d’eau des plus connues au pays. Un pêcheur par ici, un autre par là, les oiseaux ne sont pas les seuls à profiter de la tranquillité du lac.

Les eaux si claires pendant la journée, cette beauté du coucher du soleil et la verdure tout autour laissent flâner une idée que le tourisme y serait idéal. Mais si le Rwanda Development Board voit l’Est comme un endroit potential du tourisme, il semblerait que le district de Rwamagana n’y voit pas clair. La contemplation décrite ici est faite depuis la façade du seul hôtel que compte le district, du moins en considérant le terrain du bord du lac Muhazi. “Il n’y a pas de concurrent dans les environs; les clients ne viennent qu’ici”, nous raconte le directeur de l’hôtel, ajoutant une litanie publicitaire.

Le tourisme, une priorité à Rwamagana?

Peut-être pas, à en croire ce que l’on voit. Jusqu’ici, ce district n’a pas de bureau spécifique chargé de tourisme; encore moins un officier affecté à ce poste. Il faut un poumon fort pour prendre en charge quatre disciplines en même temps; jeunesse, sport, culture et tourisme, ce qui est le cas dans ce district; un seul homme a ces quatre domaines sur sa tête.

S’il y a risque que l’un des quatre se perde,eh bien, certains craignent que ce ne soit le tourisme qui, jusqu’ici attend que les autorités de ce district le mettent sur les rails du développement au même titre que les autres domaines. Il n’est pourtant pas totalement abandonné à son sort, car un plan de relancement est en cours, selon Mr. Radjab Mbonyumuvunyi. “Normalement, ce n’est pas à l’Etat de s’engager dans les activités de commerce de façon très ouverte comme vous le pensez. Nous ne pouvons qu’appeler les investisseurs à se lancer dans le business. Pour l’instant, nous avons quelques uns qui souhaitent bâtir des hôtels sur les bords du lac, mais bien entendu, ce n’est pas un projet qu’on aura demain matin”, dit-il.

Dans l’entre temps, les voisins des bords de ce lac, côté secteur Muhazi, reconnaissent que le seul hôtel du lac leur sert de point de vente des produits culinaires provenant de leurs champs, à côté des emplois que leur fournit cette infrastructure privée.

Que serait cette source de revenues si cette partie du lac comptait plus que ce dont elle dispose?

Etienne Gatanazi


Tanga igitecyerezo

Who are you?