Yashyizweho kuri 10 August, 2016 | 07:38

Muyumbu: La mauvaise route ralentit les activités socio-commerciales

Le secteur Muyumbu du district de Rwamagana à l’Est du Rwanda, réclame la construction d’une route qui le traverse, car celle dont elle dispose affiche une praticabilité des plus difficiles. Ceci endigue en quelque sorte le transport. Été poussiéreux, hiver boueux, la route fait éclater une voix qui demande l’achèvement des travaux de sa construction.

Du centre commercial de Rugende, sur la route principale vers le plein Est du Rwanda, bifurque cette autre route de 22 kilomètres qui traverse le secteur Muyumbu jusqu’à Karenge, situé en district de Rwamagana, province de l’Est.
Les quelques mètres juste à la sortie de la route principale (macadamisée), la voie cahote secoue ce véhicule qui visite Muyumbu. Les passagers sautent et redescendent de leur siège les plus longs cognant leurs têtes sur le toit du taxi.

Ceux qui ont les mouchoirs bouchent leur nez, tandis que les femmes averties couvrent la tête de leur pagne. Malheur aux hommes en cheveux afro dont on croirait à la sortie de la voiture aux stars du football ou de la musique qui teintent leurs cheveux. Mais la matière diffère. Ici c’est la poussière qui décore leur tête. Tout cela, signe que la route n’a été que tracée, plus d’autres travaux de construction en vue.

La mauvaise route tant en période pluvieuse qu’en canicule hausse le coût de transport. De ce fait, le manque d’eau potable se pose en vrai défi pour les habitants de Muyumbu. Solution la plus en vue, faire un parcours de près de 10 kilomètres à vélo pour aller puiser juste tout près de la route principale, ou encore dans des marécages. Certains jeunes hommes qui tirent profit de vendre de l’eau voient cette route de Muyumbu comme un vrai obstacle à pouvoir ravitailler en eau les plus démunis, ou tout simplement à profiter pleinement de ce petit commerce. La route glisse beaucoup, tant en période estivale qu’en période hivernale : “Il faut visiter ce coin quand c’est la saison des pluies pour assister à des scènes où de jeunes hommes tirent profit de sortir les véhicules coincés de la boue, en les poussant. Ça glisse beaucoup. Il me faut une heure en voiture pour parcourir la petite distance de 30 minutes du centre de Muyumbu à celui de Karenge”, nous raconte cet habitant de Muyumbu .

Pour certains habitants de ce coin, il faut payer 1000 francs à moto pour partir de la route principale jusqu’au centre commercial de Muyumbu. Normalement, le coût de transport en taxi minibus est de 100 francs rwandais, mais ce dernier lui aussi se fait de plus en plus rare, car la route est difficile à parcourir et les chauffeurs ne veulent pas prendre le risque d’endommager leurs taxis.

Les contrats de performance non réalisés pointés du doigt

Certains habitants du secteur Muyumbu attribuent cet “échec” aux autorités du district de Rwamagana qui, disent-ils, auraient fait, depuis les dix ans passés, à ce que les travaux de construction de cette route soient menés à bien. Selon eux, il n’y aurait pas de difficulté à construire une route faite de latérite et qui plus est, ne s’étale que sur une distance de 22 kilomètres.

Ces habitants racontent qu’il y a dix ans, la route Muyumbu Karenge figure sur la liste des contrats de performance du district de Rwamagana, et que les autorités (maires) se succèdent les uns après les autres, mais sans pour autant mettre à terme les travaux de construction. Il y a dix ans, disent d’autres, on y avait versé un peu de latérite, qui elle aussi s’est vue ravagée par la pluie.

En effet, depuis 2006, se lance au Rwanda une politique dite “des contrats de performance”. Elle vise essentiellement à accélérer la mise en pratique de certains programmes de développement, en l’occurrence, les infrastructures de base. Un système d’évaluation est monté depuis le ministère de l’administration locale, pour assurer que ces contrats sont exécutés à fond.

Faute de le faire, tel district risque de perdre sa place la plus avancée au concert des 30 qui font le pays, juste après la proclamation des résultats de l’évaluation de ces contrats. Mais à en croire ce que dit le maire du district de Rwamagana, cette route ne figure dans les contrats de performance que depuis Juillet 2016. “C’est vrai qu’il y a eu du retard quant à la construction de cette route, mais nous autres, autorités du district, n’avons qu’à attendre de l’aide. Notre bailleur de fonds qui est la Banque Mondiale à travers le Ministère de l’agriculture et de l’élevage, prend du temps à étudier tout détail relatif à tout projet.. Nous ne nous limitons qu’à la plaidoirie. Sinon, cette route n’a figuré dans nos contrats de performance que depuis Juillet 2016. Les maires qui m’ont précédés avaient ce projet dans leurs programmes, mais pas dans leurs contrats de performance”, explique Mbonyumuvunyi Radjab, actuel maire de Rwamagana.

Dix mois, c’est le délai d’exécution des travaux de construction, c’est-à-dire de Juillet 2016 à Avril 2017, selon le maire de ce district. Elle aura coûté 772 millions de francs Rwandais à sa finition. Dubitatifs, les habitants de Muyumbu se gardent de danser avant la musique et attendent impatiemment ce mariage entre la parole et la pratique.
Gatanazi Etienne


Tanga igitecyerezo

Who are you?