Yashyizweho kuri 31 October, 2017 | 07:38

Rwanda-Bushoki : Le manque de documents matrimoniaux appauvrit les foyers

Les familles dont les conjoints sont légalement mariés avant la guerre d’Abacengezi (1997-2001) n’ont pas accès aux divers services publics suite au manque de papiers matrimoniaux brûlés pendant cette guerre. L’administration du secteur de Bushoki, Nord, demande aux mariés soit de présenter leurs plaintes au tribunal, soit d’organiser des séances de célébration de leurs mariages officiels, ce qui les appauvrit.

La quadragénaire Mukasine Marcelline se plaint d’avoir multi fois demandé l’attestation de mariage en vue de vendre sa parcelle localisée dans le secteur administratif de Bushoki, mais en vain, parce qu’elle ne possédait plus son certificat de mariage contracté en mars 1995. En effet, durant la guerre d’Abacengezi (1997-2001), les registres dans lesquels étaient inscrits les conjoints mariés avaient été brûlé. "Je ne comprends pas pourquoi l’administration ne m’accorde pas mes droits, alors que tout le monde connait que je suis mariée depuis 22 ans", tempête-t-elle.

Même sort à Hitimana Jean Pierre, 55 ans du même secteur administratif. Il atteste avoir demandé un papier aux services des terres lui confiant sa propriété en vue de la vendre. Les agents de ces services lui ont demandé l’attestation du mariage qu’il n’avait pas pu trouver. Il explique qu’il n’a aucun document depuis que la guerre civile d’Abacengezi. "Les autorités m’ont demandé, soit de présenter une plainte au tribunal de base de la localité de Bushoki qui, en revanche, me confirait un jugement supplétif attestant l’état de lieu de mon mariage, soit carrément, accepter d’organiser une autre séance de mariage légal qui sera célébré par un officier du secteur de Bushoki", a martelé Hitimana qui dit que toutes ces tracasseries administratives ne font que l’appauvrir davantage.

Hitimana Jean Pierre qui se déclare indigent, dit qu’il ne trouverait pas les 25 000 FRW pour donner la plainte au tribunal. "Je suis obligé de me rabaisser pour un autre mariage", s’indigne-t-il.

Les autorités s’expliquent

Le Secrétaire Exécutif du secteur de Bushoki, Nord, M. Nzeyimana Pierre-Claver, a reconnu le problème que certains conjoints mariés légalement affrontent, lorsqu’ils demandent certains services qui nécessitent de présenter les documents matrimoniaux. "Lors de la guerre d’Abacengezi, certains bureaux communaux renfermant les registres matrimoniaux avaient été brûlés. Les conjoints qui ne sont enregistrés nulle part, sont priés de faire un choix : soit se rendre au tribunal, en vue de prouver qu’ils sont légalement mariés, soit retourner dans le service d’état-civil pour contracter un autre mariage légal", a-t-il montré l’itinéraire.

Kayisire Drocella est la chargée d’état-civil dans le même secteur. Elle confirme que plusieurs foyers ne peuvent pas facilement vendre leurs terres sans devoir exhibé à l’officier chargé de notification, l’attestation de mariage plus essentiellement à la partie qui vend la terre. "Nous leur suggérons de venir célébrer une fois encore leur mariage devant l’officier habilité. C’est ce qui coûte moins cher, car aller au tribunal exige des frais excédentaire à 25 000 FRW comme ceux confiés à un avocat qui défend le plaignant", a-t-elle montré.

Kayisire Drocella trouve qu’une solution durable a été trouvée avec la venue des nouvelles Technologies d’Information et de Communication (TIC). En effet, explique-t-elle" A présent, tous les services d’état-civil du pays sont en ligne. Personne n’aura un tel problème dans les jours à venir", a-t-elle rassuré.

Sarah Sebuhire Tuza


Tanga igitecyerezo

Who are you?